Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Liste des interviews » Interview de Bumcello

Le 02 Juillet 2008
Par Pierre DERENSY
Cela fait quelques ann?es qu'en parall?le ? leurs collaborations de musiciens sur des albums de tout horizons ou sur sc?ne avec des vedettes monumentales (par exemple M), Cyril Atef et Vincent S?gal s'amusent ? faire la musique qu'ils aiment dans leur groupe-concept : Bumcello. Ce duo propose donc ? Lychee Queen ? avec des convives s?duisants, tels que Magic Malik, Blackalicious, Mama Ohandja, Tommy Jordan et Chocolat Genius. Que du beau monde.

Vous attendiez-vous ? faire autant d'album avec Bumcello ?
Cyril Atef :
?On ne s'est m?me pas pos? la question. C'est un truc naturel pour nous d'aller en studio. On pourrait enregistrer tous les 6 mois si on voulait. ?

Qu'est ce qui vous en emp?che ?
Cyril Atef :
?Le temps, car nous sommes pris dans pas mal de projets, mais en m?me temps je ne sais pas si faire des albums au jour d'aujourd'hui, cela sert ? quelque chose. Cela nous fait toujours plaisir de laisser ce petit marquage dans le temps via un CD. Quand on ?coutera ?a sur nos vieux jours nous pourrons nous dire que l'on a quand m?me fait de bonnes choses ? ce moment l?.?

Avec vos planning respectifs surcharg?s, comment pr?parez vous un album de Bumcello ?
Cyril Atef :
?On compose, on note des id?es ? la maison, je pr?sente ?a ? Vincent et vice-versa. Ensuite nous transformons ces id?es de base pour en faire des morceaux diff?rents. On ?coute des minidisques de nos concerts qui sont 100 % improvis?s. On pioche dedans sans forc?ment respecter le son entendu et jou?. C'est une sorte de trame m?lodique. Ensuite, on rentre en studio, pour le dernier album par exemple nous avons pris 3 jours. C'est all? assez rapidement.?

C'est tr?s court comme d?lai, dans ces conditions doit on faire ? vite et bien imm?diatement ? ou ? faire vite et bien, plus tard quand la mixture aura d?cant? ? ?
Cyril Atef :
?Notre nature, c'est de bosser rapidement. On n'a pas fait plus de 2 prises. Ensuite, on a fait 1 jour avec les invit?s et enfin nous avons envoy? les bandes ? nos amis am?ricains comme Tommy Jordan et Blackalicious. ?

Tous ces guests sont de grands noms, comment se sont ils retrouv?s sur votre disque ?
Cyril Atef :
?Tommy, c'est mon pote depuis 20 ans, j'avais un groupe avec lui dans les ann?es 80, c'est un multi instrumentiste et chanteur tr?s talentueux. Bob Brown nous a mix? l'album gr?ce ? Tommy. Blackalicious est un ami de Vincent et Chocolat Genius, c'est un gars que nous avons rencontr? au Printemps de Bourges, il y a 5 ans. C'est un super song-writer am?ricain malheureusement pas assez connu. Le disque c'est vraiment une bonne occasion de faire des collaborations.?

Est-ce que dans ? Lychee Queen ? c'est le son de la Motown qui s'invite encore plus que dans les autres de vos disques ?
Cyril Atef :
?Tu trouves ? C'est une observation int?ressante. C'est un son et une mani?re un peu mat. La mani?re, c'est plut?t Motown deuxi?me p?riode. ?

On a tendance en France ? faire de l'anti-am?ricanisme primaire mais au final votre musique, comme la musique anglo-saxonne est un m?lange de pleins de genres, prenez vous exemple sur ce qui se fait l? bas ?
Cyril Atef :
?Je suis am?ricain. La musique anglo-saxonne est faite de pleins de m?tissage ?videment, mais au final, ils cat?gorisent la musique encore plus qu'ici. Je te parle au niveau commercial. Dans les magasins, dans les m?dias : c'est encore plus dur qu'en France. ?

Quand on pr?sente Bumcello ? Vincent Fr?rebeau, qu'est ce qui fait qu'il signe ?
Cyril Atef :
?On ne lui a pas propos? ! c'est lui qui est venu nous voir en concert. On n'a jamais cherch? une maison de disque. On ?tait dans un petit label et il a voulu racheter notre contrat. Il a eu une bonne id?e (rire). Je vais laisser la parole ? Vincent histoire que l'on se partage les r?ponses ? tes questions. ?

Je voulais savoir si Bumcello n'?tait pas nostalgique d'une ?poque pass?e o? internet n'existait pas, o? l'information musicale devait se d?nicher apr?s des recherches dans les bacs ou les journaux ?trangers, o? les sons ?taient riches et diff?rents ?
Vincent S?gal :
?Je suis d'accord avec toi mais en m?me temps, je peux montrer ? mon fils des choses sur You Tube qui restent secr?tes. Le web est un oc?an tellement vaste qu'aucun de ses copains vont aller dans les niches o? moi je vais l'emmener. Il y a toujours des moments d'?motions tr?s fortes. J'ai regard? avec Moustaki des choses sur le net qui l'ont ?mu. Par exemple, lorsqu'il a d?couvert qu'une chanteuse black l'adorait et le reprenait. La nana, tu l'?coutes, et elle te met par terre, pourtant ce titre doit avoir au plus 200 visites. Ce qui est terrible, c'est qu'on m?rite moins les choses. Avant, quand tu faisais 60 bornes pour voir l'unique passage d'un artiste en France, j'imagine que cela devait ressembler ? un p?riple. ?

Le public de Bumcello, il vous est acquis d'avance ou pas ?
Vincent S?gal :
?Non, tout simplement car nous improvisons tout sur chaque concert. Ce qui fait qu'on peut perdre notre public. Il y a quelques concerts je n'?tais pas en forme, ou Cyril, bref nous avons pris un risque et j'ai d?test? notre prestation, ce public l? : il peut dire que le concert de Bumcello ? cette date ?tait mauvais car m?me moi j'?tais insatisfait de notre mani?re de jouer. Proportionnellement, quand cela fonctionne, le public nous renvoie un super retour. J'adore quand quelqu'un me dit ? pour des vieux c'est vraiment super ce que vous faites ?. Cela me fait tr?s plaisir. ?

Ce qui reste par contre inchang? dans votre musique : c'est ce besoin de bouger au son de vos rythmes, est ce difficile ? incruster sur un CD ?
Vincent S?gal :
?On l'a s?rement mieux r?ussi sur ce dernier. C'est difficile. Les gens qui enregistrent n'arrivent pas ? capter certaines choses que nous ressentons quand nous jouons. J'adore la samba par exemple, encore plus aujourd'hui o? les groupes de percussions jouent de mani?re amplifi?e et l? tu n'arrives pas, qui que tu prennes comme ing?nieur du son, : la restitution exacte de ce que tu entends. Chez nous on a des trans. en concert qui ne pourront jamais ?tre capt?es. Il faudrait peut ?tre trouver un ing?nieur qui est dingue de direct. Afin qu'il nous enregistre de mani?re sauvage. Et comme nous improvisons, ce n'est pas de la musique ligne clair, il y a beaucoup d'accidents.?

J'ai l'impression qu'on a jamais autant ? parl? ? que sur ce disque ?
Vincent S?gal :
?Sur l'album pr?c?dent, il y avait pas mal de textes. Mais c'est tant mieux si tu ressens ?a. ?

? Eurostar ? est par exemple une chanson tr?s importante entre votre musique et le sujet abord? ?
Vincent S?gal :
?La maison de disque ne voulait pas qu'on la mette. Justement, par rapport au texte et la mani?re dont Magic Malik chantait. Sur un sujet grave, on voulait montrer qu'il y avait une mani?re d'amplifier une tristesse en montrant un cot? brillant. Un peu comme dans un op?ra bouffe. Nous ne voulions pas faire un pamphlet ? la mani?re de la chanson r?aliste fran?aise que je n'aime pas du tout. ?

Enfin, voyez vous, comme moi, Bumcello comme un groupe politiquement incorrecte ?
Vincent S?gal :
?Oui ! On fait tout pour. Dans notre mani?re d'aborder les disques, les concerts. On ne rejoue pas nos chansons sur sc?ne, on enregistre avec des gens qui ne sont pas l? avec nous tout le temps. Il y a des gens qui sont tr?s ?loign?s de nous, comme Air, et pourtant politiquement, je respecte leur fa?on de bosser. Esth?tiquement nous sommes ? l'exact oppos? mais d'une certaine mani?re, nous avons comme eux pour but de faire ce que nous voulons en nous faisant plaisir. Costello est dans cet esprit. Ce n'est m?me pas de la remise en question c'est juste de la curiosit

Propos recueillis par Pierre DERENSY

Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

*
Code image (a ressaisir) : *
Commentaire *

 


Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan