Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Liste des interviews » Interview de David Salsedo

Le 03 Mars 2008
Par Pierre DERENSY
Il y a quelques g?n?rations, les petits exploitants agricoles se sont regroup?s en coop?ratives pour avoir plus de poids dans les n?gociations face ? un march? en crise. La m?me id?e est parvenue jusque chez Mercury & Comubia. Si l?on vendait mieux les betteraves de cette mani?re peut ?tre ?tait ce la solution pour d?fendre des artistes : faire un plateau avec 4 chanteurs : Zo? Avril, Fred, Mauss et Salsedo. Voil? donc dans 5 villes de France, l?occasion d?entendre du neuf. Salsedo, ex Silmarils, va participer au ? Road Show ?. C??tait une bonne occasion de le rencontrer. Mais pas seulement : car son disque solo est bon.


Malgr? ce que vous dites sur ?si Facile?, il me semble que vous avez trouv? votre style ?

David Salsedo : ?C?est la premi?re chanson de l?album que j?ai compos?e et elle r?sume bien l??tat d?esprit dans lequel j??tais. Je savais o? je voulais aller sans savoir comment le faire, et surtout savoir si j?allais oser aller au bout de cette approche assez nouvelle. J?ai l?impression que ce que je fais n?est pas commun en France. Finalement, j?ai continu? d?avancer et quand j?ai ?cout? le disque termin?, j?ai eu aussi cette impression qu?il y avait un style qui en ressortait. ?

Pourquoi dire de ? Wine et Pasta ? que c?est un disque anti-folk ?

David Salsedo : ?Au d?part, lors des maquettes, il y avait ce cot? bricolo qu?on retrouvait dans l?anti-folk qui est un courant plut?t am?ricain alternatif. Ce courant compos? d?anciens punks qui se mettent ? jouer du folk, mais dont les th?matiques ne sont pas celles du folk traditionnel r?volutionnaire des ann?es 70, mais qui tourne plus autour de sa propre vie, de l?ironie?.Au fur et ? mesure des arrangements, l?album est devenu plus riche et moins d?pouill? et moins primaire.?

Votre disque est bizarre ? mon sens, car il m?lange le cynisme et la po?sie ?

David Salsedo : ?J?ai essay? de gommer le c?t? cynisme qui ?tait propre ? Silmarils, j?ai essay? plut?t de le tronquer et le transformer en ironie, sans devenir un b?ni oui-oui ou un ravi de la cr?che, cela fait 10 ans que je travaille une plume ac?r?e et un regard critique : je ne pouvais pas totalement me changer (rire). Pour la po?sie, j?accepte ce que vous dites sans pour autant, comme on peut l?entendre si souvent en France, en faire avec des mots compliqu?s qui donnent l?impression que c?est de la po?sie d?un ?l?ve de 4?me. ?

? Des Fleurs ? est une vraie belle chanson po?tique ?

David Salsedo : ?C?est un texte que j?ai ?crit ? l?arrach?, que je n?avais pas pr?vu d?enregistrer car je trouvais cette chanson trop intime et trop directe dans ma mani?re d?aborder les choses, et en fait, Jimmy mon guitariste, celui avec qui j?ai fait le disque, m?a entendu la jouer seul ? la guitare et m?a oblig? ? l?enregistrer. Je suis extr?mement pudique et heureusement qu?il m?a pouss? ? la mettre sur le CD. C?est limite un courage politique de mettre un solo de guitare ? la fin d?un album juste pour le kiff d?un solo de guitare, pour moi c?est un acte militant (rire).?

Il y a un vrai clin d??il aux chansons de Dutronc et Lanzmann ?

David Salsedo : ?C?est juste le plus beau compliment du monde ! J?ai encore beaucoup de travail pour trouver cette justesse, cette distance qui leur ?tait propre. J?ai ?t? berc? par eux? ?

Je vais vous offrir la phrase type du journaliste musical ? C?est quand m?me ? 180? de ce que vous pouviez faire avec Silmarils ? ?
David Salsedo : ?C??tait le but ! le groupe existe encore. Quand je veux faire du rock concern?, c?est avec mon groupe que je le fais et je ne voyais pas l?utilit? de le faire seul. Le groupe est encore en activit? et nous nous sommes offert une parenth?se, je n?avais donc aucune raison d?aller chasser sur les m?mes terres. J?ai un vrai probl?me de schizophr?nie musicale : entre la rage, l??nervement, la col?re et d?un autre cot? tout ceux que j?adore aussi comme Beck, Grandaddy, Eliot Smith. J?aime aussi ces belles chansons avec des m?lodies et des arrangements l?ch?s mais gardant le tout un peu sale. Je n?aime pas quand le son est trop propre. Ce projet, c??tait ma mani?re de r?unir ces deux facettes. Je ne d?sirais pas me r?veiller dans 10 ans avec ce regret.?

Votre voix notamment marque des belles envol?es ?

David Salsedo : ?C?est quasiment tout chant?. Il n?y a pas de flow ? part sur ? Populaire ?. Je n?avais jamais r?ellement chant? sauf sous ma douche, quand je parle de ? chanter ?, c?est le faire avec des vraies m?lodies, une voix pos?e qui porte la chanson. J??tais toujours cach? derri?re un mur de guitare. ?

Quand il a fallu composer une ?quipe de musiciens, vous vous ?tes fait plaisir ?
David Salsedo : ?J?ai beaucoup de copains qui ?taient d?j? l? sur les diff?rents disques de Silmarils. Pour la petite histoire, je suis fan absolu des Beasties Boys, et Mario Caldato c?est un peu le sorcier du groupe. Nous avons travaill? ensemble pour le groupe, et quand est venu cette id?e de disque solo, je lui ai demand? des conseils. De conseiller il est pass? producteur, amenant toute la sc?ne de Silver Lake, et voil? qu?ils ?taient tous ok pour jouer sur mon disque. L?album ?tait d?j? enregistr? ? 80 % et nous avons refait les batteries l? bas et quelques basses. J?avais donc tous mes copains et en plus ce ne sont pas les plus mauvais alors que demander de plus ! ?

Sur quasiment toutes les chansons, il y a ?norm?ment de questionnements et je voulais vous demander si c??tait ce m?tier qui attire le doute ou si c??tait plut?t dans votre nature ?
David Salsedo : ?C?est ma nature. Cela ne se voyait pas avec Silmarils. C??tait la sc?ne qui martelait. Alors que ce disque, c?est aussi une fa?on de faire le point entre ce que je suis et ce que je ne suis pas. Le doute est mon compagnon de travail.?

Ce disque, c?est la classe et le r?ve am?ricain ?

David Salsedo : ?Je ne suis pas assez na?f pour faire la promotion du r?ve am?ricain dans son ensemble. Je ne peux pas nier que la musique anglo-saxonne m?a beaucoup influenc?, d?outre Atlantique ou d?outre Manche du reste. Mon groupe pr?f?r? de tous les temps : cela reste les Beatles. Je suis aussi fascin? par le cin?ma et les images de grands espaces que provoque l?Am?rique. J?ai grandi avec les s?ries am?ricaines. C?est une esp?ce de culture am?ricaine par procuration. Mais c?est plus une id?e cin?matographique qu?un mode de vie. ?

Je parlais de l?Am?rique car vous avez accept? de participer au RoadShow, ce qui est courant chez eux mais nouveau ici ?
David Salsedo : ?L? bas, c?est effectivement ancr? depuis les ann?es Flower Power. Bon c??tait tr?s bas? sur le LSD, et je crois que pour nous, ce ne sera pas le cas (rire). C?est quand m?me incroyable de voir 2 labels fran?ais qui produisent une tourn?e pour proposer des talents sur sc?ne. ?

Propos recueillis par Pierre DERENSY

Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

*
Code image (a ressaisir) : *
Commentaire *

 


Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan