Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Chronique(s)

  • Favourite songs
  • Chronique(s)

  • Les piq?res d'araign
  • Liste des interviews » Interview de Vincent Delerm

    Le 13 Décembre 2007
    Par Pierre DERENSY
    Delerm cache bien son jeu. On l'attendait au coin du bois avec ses chansons dites ? minimalistes ?, seul au piano, dans un live nombriliste et voil? qu'il nous livre sa r?interpr?tation, en compagnie de quelques amis artistes de grands talents, des chansons du patrimoine qui l'ont form? ? ce dur m?tier. Partageant avec nous des rendez-vous singuliers et sinc?res.

    Alors pour ? Favourite Songs ? ce sont les chansons qui ont impos? les duos ou ce sont les duos qui ont impos? les chansons ?

    Vincent Delerm : ?Pas mal la premi?re question ! En fait il y a un peu de tout. Le postulat de d?part c'?tait 15 concerts ? la Cigale donc 15 duos. Apr?s il y a eu des chansons particuli?res. Par exemple ? Quoi ? avec Cali c'?tait une r?el volont? d'int?grer cet artiste ? cette chanson car j'avais toujours eu le pressentiment qu'il la chanterait bien. Parfois ce ne sont que des intuitions de d?parts, des r?ves d'artistes qui n'aboutissent pas. Sur ce disque c'?tait aussi un fantasme de chanter des titres que j'ai toujours aim? avec des gens de qualit?s. En dehors des deux duos que j'avais ?cris il n'y a pas de chansons ? moi. Je me suis fait plaisir par exemple avec ? Les Cerfs-volants ? de Biolay qui est une chanson qui m'avait marqu?. Idem pour celles de Chamfort, Souchon ou Moustaki. Ca n'avait pas de sens de leurs demander de chanter sur mes propres compositions. ?

    Pourquoi avoir tenu ? en faire un disque, vous ne vouliez pas que cela reste dans l'id?e de la magie de l'instant ?


    Vincent Delerm : ?Ca je l'ai tellement fait sur mes 3 tourn?es que je peux comprendre qu'? un moment les gens d?sirent retrouver inscrit quelque part ces moments particuliers. Chez eux, au chaud, partager ? nouveau un instant fort avec un artiste qu'ils estiment.?

    Pouvez vous me dire quel est le titre qui fut le plus dur ? chanter sur ces 16 titres ?

    Vincent Delerm : ?Il y en a m?me une que je n'ai pas interpr?t? du tout c'est celle avec Katerine, car cela n'avait pas de sens de se mettre dans le m?me moule que la personne qu'on invite. Avec lui ?a aurait pu vite tourner ? la faute de go?t du style 'regardez je peux ?tre aussi fou et original que lui'. Apr?s ce sont surtout des questions de tonalit?s. J'ai une voix assez basse ? la base donc chanter avec Franck Monnet par exemple c'?tait une gal?re. A un moment donn? on se marre car c'est vraiment limite. ?

    On ressent toutefois avec tous ces invit?s une franche complicit?, particuli?rement avec Neil Hannon ?

    Vincent Delerm : ?C'est marrant car on ne se conna?t pas tant que ?a. Il faisait partie des gens que je connaissais sans le conna?tre. Mais depuis que je suis au lyc?e je suis fan de sa musique et lorsque tu te trouves en face du gars en question tu as l'impression qu'il a toujours fait partie de ta vie. ?

    Il fait un peu partie de la famille ?

    Vincent Delerm : ?M?fions nous toutefois de ce genre d'expression (rire). On peut facilement abuser le public avec ces amiti?s feintes. Je peux juste vous certifier mon admiration sinc?re et forte envers ce monsieur. ?

    Je parlais de famille car lors de vos br?ves interventions parl?, il me semble que votre cousin et votre maman chapotent votre carri?re ?

    Vincent Delerm : ?J'aime bien d?dramatiser le concept du chanteur sacralis?. Souvent les artistes mentent un peu. Alors j'adore mettre les pieds dans le plat et expliquer qu'en gros vous avez choisi telle chemise sur sc?ne car votre m?re vous a dit avant de monter sur sc?ne que la bleue vous allait mieux. En tout cas j'essaye de fonctionner par clan. Comme Chamfort qui souvent tourne autour de personnes comme Dani, Jane Birkin, Helena ou moi. Je trouve que ?a fonctionne bien car cela donne une forme de coh?rence ? travers les ann?es. On se rencontre avec le temps, par exemple avec Ir?ne Jacob que ?a vous oblige non pas ? faire la m?me chanson mais ?a vous oblige ? marquer une diff?rence. C'est ce que j'appelle l'?quation Brassens : quelqu'un qui prenait toujours la m?me instrumentation : guitare et contrebasse, et s'il se permettait de refaire deux fois la m?me chanson il ?tait pris par la patrouille (rire). Dans la musique actuelle c'est tr?s marqu?, on refait toujours le m?me disque mais ? chaque fois on change de producteur. ?

    Il y a aussi plusieurs g?n?rations qui se succ?dent sur ce disque de duo, ?tes vous inquiet par cette id?e de long?vit? de l'artiste ?

    Vincent Delerm : ?Non car je fais des chansons tr?s jetables. La chanson est un mauvais domaine pour se soucier d'une forme de post?rit? ou de r?sistance au temps. Quand j'ai sign? ? Les Filles de 1973 ont 30 ans ? c'?tait sous cet angle l?. Signer l'arr?te de mort de la chanson : c'est-?-dire offrir une chanson inchantable 5 ans plus tard math?matiquement (rire). Pour moi les chansons sont ?ph?m?res. Bien sur vous pouvez prendre du plaisir ? les r??couter car elles vous replongent dans un moment donn? mais elles auront perdu de leurs fra?cheurs. Le fonctionnement des rotations en radio ne permet plus cela. M?me si tout le monde s'accorde ? trouver Brassens comme un monument vivant il ne passe presque plus ? la radio. ?

    Pourquoi avoir sorti l'album live en 2 dates ?


    Vincent Delerm : ?Pour que la mise en place soit plus costaude. Les questions marketings existent dans ce milieu vous savez (rire). Pour le coup je vous r?ponds franchement parce que je n'ai pas trop l'habitude de bosser comme ?a dans le label o? je suis. ?

    ?Les piq?res d'araign?e ? est un album qui a semble t'il chang? quelque chose dans votre image mais aussi dans votre musique ?


    Vincent Delerm : ?Pour ?tre tr?s honn?te cet album a ?t? construit pour coller ? l'?nergie proche de celle que je pouvais offrir en concert. Quelque chose de plus l?ger que ce qui se d?gageait de mes albums pr?c?dents. Bizarrement c'est peut ?tre plus aujourd'hui que je r?cents ce que vous me dites plut?t qu'? la sortie du disque. Les gens se sont d?tendues avec moi (rire). Vous vous affranchissez aussi naturellement ? un moment donn? des gens qui vous ont aid? ? vos d?buts. C'est tr?s difficile de travailler avec d'autres gens que ceux qui vous ont soutenu sur un premier album.?

    C'est l'album qui semble confirmer que vous pouvez ?tre aussi un chanteur en studio ?


    Vincent Delerm : ?Ecoutez j'aime les chansons de mes deux premiers disques, les orchestrations, etc. mais je n'?tais pas un chanteur de studio simplement car je n'avais aucune exp?rience de cet exercice. Le premier ?tait pourtant assez fouill? : beaucoup plus que l'image piano-voix, beaucoup plus que 'Les Piq?res' d'ailleurs. Maintenant je chante beaucoup plus les m?lodies que je ne les parle. C'est ?a qui donne l'impression qu'un disque est musical ou non. ?

    C'est quoi cette id?e de faire votre propre premi?re partie ?

    Vincent Delerm : ?Ce n'est pas tr?s original vous savez. Je pense que Goldman l'a d?j? pratiqu? d'ailleurs. C'est juste que j'ai chant? ? la Cigale en premi?re partie de Fersen lors de mes d?buts et je jouais donc ? l'?poque comme mes propres premi?res parties lors de ces 3 semaines. Et en les ?coutant cela m'a fait vachement d'effets. Notamment Peter Van Poehl devant le rideau et le dernier soir j'ai donc utilis? ce moment pour rejouer des chansons que je faisais quand je n'avais pas encore fait de disques. C'?tait une private-joke pour les fans. ?

    C'?tait plus agr?able de ? duoter ? avec le sexe fort ou le sexe faible ?


    Vincent Delerm : ?Tr?s honn?tement ?a ne se joue pas l?-dessus. Ca se joue en terme de pr?sence de l'artiste en face de vous. Il n'y pas beaucoup de sensations ?rotiques sur sc?ne (rire). Nous sommes concentr?s sur le fait de jouer-chanter correctement. Cela permet par contre de d?couvrir les artistes. ceux qui sont compl?tement avec toi, d'autres qui sont tr?s solides, ceux qui te paraissent tr?s fragile dans la vie et qui explosent sur sc?ne. c'est donc tr?s marrant ne serais ce que par curiosit? malsaine (rire).?

    Vous pr?parez votre prochain album l? ?


    Vincent Delerm : ?C'est ce qu'on dit quand on ne glande rien et qu'on boit des caf?s effectivement. ?

    O? que l'on passe chez Michel Drucker ?


    Vincent Delerm : ?Exactement ! J'ai dis ?a chez Drucker mais c'est vrais : l'ann?e ou vous ?tes en tourn?e vous ?tes tr?s dispo mentalement mais l'on se concentre sur l'?nergie du concert et l? je suis dans l'ann?e o? l'on se dit 'pr?parer un disque'. C'est difficile de dire ? activement ? car vos journ?es se passent ? jouer du piano. ?a fait un peu mal de consid?rer ?a comme du boulot alors que certains bossent ? l'usine. ?

    Oui mais eux ne doivent pas se farcir Michel sur son canap? ?


    Vincent Delerm : ?Je ne suis pas sur en plus ! (rire) Au contraire c'est populaire Drucker. votre r?flexion c'est vraiment n'importe quoi (rire). ?

    Propos recueillis par Pierre DERENSY

    Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

    *
    Code image (a ressaisir) : *
    Commentaire *

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan