Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Chronique(s)

  • The art of fiction
  • Liste des interviews » Interview de Jeremy Warmsley

    Le 23 Avril 2007
    Par Pierre DERENSY
    Jeremy Warmsley est un jeune homme ? lunettes de 23 ans qui a la carrure d?un futur gagnant de la Nouvelle Star, mais de celle qui serait diffus?e outre-Manche. C?est ? dire qu?il cumule la normalit? d?un jeune anglais comme une autre tortue s?accapare la ligne du fran?ais moyen. La principale caract?ristique qui permet de faire un parall?le entre les deux, c?est que comme le reptile fran?ais, la bobine du premier communiant de Jeremy qui ne semble pas y toucher : est p?trie de talent ! Son premier album ? The Art of Fiction ? est tout simplement gigantesque et s??coute sans faim.

    Comment as tu appris le fran?ais ?

    Jeremy Warmsley : ?Ma m?re est fran?aise.?

    Apparemment quand tu ?tais plus jeune, ? l?universit?, tu faisais une autre sorte de musique que celle propos?e sur le disque ?

    Jeremy Warmsley : ?Oui j?essayais de faire une musique soit plus rock, soit plus folk? disons tr?s traditionnelle? Je me suis rendu compte un jour que tous les artistes que j?adorais ?taient tous des pr?curseurs d?un nouveau style. Qu?ils cherchaient continuellement ? ?voluer en bien. Je me contentais juste de recopier. Alors apr?s cette constatation, je me suis dit qu?il fallait que je fasse quelque chose de nouveau, de diff?rent, pas copier le style de Brian Eno par exemple mais m?en inspirer.?

    Tu t?es lib?r? gr?ce ? l??lectronique ?


    Jeremy Warmsley : ?Avant je n?utilisais l?ordinateur que pour m?amuser. Ce n??tait pas s?rieux. Quand j?ai m?lang? mes anciennes aspirations organiques et la musique ?lectronique, c??tait vraiment tr?s gratifiant. ?

    Avec quel instrument composes tu tes chansons ?

    Jeremy Warmsley : ?Disons que je suis capable de composer une chanson avec un ukul?l? chez moi et ensuite pour l?album, prendre une guitare, ou un piano. C?est toujours diff?rent. J?essaye toujours de trouver des nouvelles mani?res de composer pour que cela reste frais. J?aime aussi l?id?e de d?velopper une chanson sur un autre instrument que celui ?chu au d?part. Par contre, je pense toujours ? la mani?re d?enregistrer d?s la premi?re note griffonn?e sur un bout de papier.?

    On dirait que tout part chez toi du cerveau, que tout est intellectualis? sous le r?ve et l?onirisme de tes th?mes ?

    Jeremy Warmsley : ?Je le prends comme un compliment ! (rire) En tout cas j?ai toujours des ambitions sup?rieures ? mes moyens (rire). Soyons r?aliste, demandons l?impossible.?

    On ressent beaucoup de correspondance avec certains films, comme ceux de Tim Burton, cette part de myst?re et de f?erie ?

    Jeremy Warmsley : ? Vraiment ? Je ne connais pas bien... je n?ai m?me pas vu ? Edward aux mains d?argents ?.?

    Etais tu comme lui un gar?on assez rejet? des autres plus jeune, qui a utilis? l?art pour s?en sortir et exprimer ses angoisses ?

    Jeremy Warmsley : ?Peut ?tre? enfin j?avais quelques amis (rire) mais j?habitais beaucoup dans ma t?te. On a beaucoup boug? quand j??tais gamin. Pour moi cela ne faisait pas beaucoup de diff?rence d??tre en Angleterre ou en Am?rique du Sud. J?emmenais ma maison dans mon crane.?

    A quoi te servait la musique ? cette ?poque ?

    Jeremy Warmsley : ?C??tait un moyen de dire les choses et surtout une bonne fa?on de passer les heures.?

    Le titre ? The Art Of Fiction ? ?tait il un moyen de faire croire que tout ?tait invent? ?

    Jeremy Warmsley : ? Exactement. Cet album est un album fait dans le pass? et je voyais les titres comme des fictions mais bizarrement ces histoires se sont v?ritablement pass?es. Il y a donc beaucoup de v?rit?s dans mes chansons. Le titre c??tait un moyen de mentir. Il fallait rest? cach?.?

    Tu dis ? ?crire tes chansons comme elles viennent ? cela signifie quoi ?

    Jeremy Warmsley : ?C?est un travail ?norme que je m?impose sur ces chansons. Ce n?est pas un style. Ce qui m?ennuie sur l?album, c?est qu?il n?y a pas une grosse coh?rence en terme d?album, il n?y a pas une continuit?. C?est une suite de chansons.?

    Pourtant on imagine fort bien que tu puisses faire une com?die musicale ?

    Jeremy Warmsley : ?C?est marrant que tu me parles de ?a car mon projet tout nouveau l? c?est un maxi de 6 chansons qui va raconter une histoire aux enfants en 6 chapitres. J?aimerais bien faire un petit film anim? pour l?accompagner car c?est une histoire ?norme pour moi 6 chansons sur le m?me th?me (rire).?

    En studio : souvent c?est toi qui joue d?un instrument, parfois un autre musicien et parfois tu d?clares que l?instrument n?existe pas ?

    Jeremy Warmsley : ?J?aime bien inviter des musiciens, les enregistrer sur l?ordinateur et ensuite m?amuser ? couper, coller des pistes. Et l?autre chose c?est que j?aime accorder bizarrement certains instruments : le son au final n?est plus caract?ristique d?une guitare ou d?un piano. Ce n?est donc plus un instrument que l?on conna?t.?

    Tu joues ce soir ? la Fl?che D?or et j?imagine que ton album sur sc?ne, alors que tu es tout seul, est un v?ritable casse t?te ? jouer ?

    Jeremy Warmsley : ?Pour moi ce qui est important sur un disque ,c?est que dans 10 ans tu puisses encore trouver des choses nouvelles. Avec les concerts c?est un one shoot. Il faut ?tre tr?s direct, tr?s pur et exprimer les chansons de la mani?re la plus simple. Je chante tout seul avec ma guitare et mon piano.?

    As tu travaill? ta voix ?

    Jeremy Warmsley : ?Hier j?ai entendu un enregistrement de moi d?il y a 7 ans. A cette ?poque, je ne chantais m?me pas dans la choral de l??cole car tout le monde m?avait dit que ma voix ?tait d?gueulasse. Cela m?a aid? ? travailler ce point et dor?navant j?ai confiance en mon timbre de voix.?

    Ta maman est fran?aise, ton p?re est anglais, qu?est ce que t?a apport? cette double culture ?

    Jeremy Warmsley : ?J?ai surtout de la chance que ma famille, quelle que soit son origine et les passeports, ?tait ouverte aux arts. Ils m?ont appris beaucoup de choses. A aimer ce qui ?tait intellectuel. A d?velopper ma sensibilit? aussi. ?

    Sur la pochette tu tiens un canaris : on ne sait pas si tu l?as dans les mains pour le croquer ou le prot?ger ?

    Jeremy Warmsley : ?Je crois plut?t qu?il me prot?ge. Je ne m??loigne pas de lui car il est mon sauveur. Au XIX?me si?cle, en Angleterre quand ils descendaient dans les mines de charbon, ils prenaient un canaris, l?installaient dans une cage et le canaris ?tait l? pour les pr?venir d?une pr?sence de gaz.?

    Propos recueillis par Pierre DERENSY

    Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

    *
    Code image (a ressaisir) : *
    Commentaire *

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan