Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Chronique(s)

  • No Promises
  • Liste des interviews » Interview de Carla Bruni

    Le 20 Février 2007
    Par Pierre DERENSY
    Carla Bruni, apr?s avoir fait taire les critiques qui lui pr?sidaient un beau plantage quand ils ont su qu?elle allait s?attaquer ? la musique, se retrouve avec son nouveau projet (adapter en chanson des po?tes du XIX?me si?cle), en proie au scepticisme ambiant. Mais comme la premi?re fois : bis rep?tita : elle gagne son paris. Et haut la main.


    Si je commence par vous dire que ? No Promises ? est une belle ?surprize? ?
    Carla Bruni : ?(rire) merci !?

    Y a t?il eu des inconscients qui vous ont dit ? surtout ne fait pas ?a ? ?
    Carla Bruni : ?Non ! Ho si? en g?n?ral globalement, quand les gens me demandaient ce que je faisais, je leur r?pondais que j??tais dans l??criture d?un album ou en train de finir l?enregistrement, mais notamment en France, quand je disais que c??tait un album en anglais, cela engendrait une perplexit? ou un d?sint?ressement. Ou alors de la curiosit? pour les gens plus ouverts. Mais g?n?ralement un changement de langue laisse perplexe en soi. Mais vous savez, j?ai toujours chang? de langue dans ma vie, cela ne fait pas le m?me effet vu de l?int?rieur.?

    Ce m?lange des cultures, des arts en g?n?ral, vous correspond bien ?
    Carla Bruni : ?C?est ? dire que tout le monde me parlait d?une certaine audace. Alors que je le prenais comme un enrichissement. C?est un m?lange de langues, d??poques, c?est dr?le et ludique. C?est fascinant en quelque sorte.?

    C??tait vraiment trop compliqu? de reproduire la formule du premier disque ?

    Carla Bruni : ?Oui car ce n??tait pas du tout une formule ! Il y avait une spontan?it?, une l?g?ret? car pour le coup, j??tais libre comme l?air pour ce premier opus. Personne ne me demandait si j??tais pr?te, o? j?en ?tais. Le premier disque ?tait comme? un tr?s heureux hasard. Par contre, je fais toujours des chansons de la m?me mani?re, que ce soit avant ou apr?s le succ?s. Donc j?ai effectivement trouv? une mani?re de ? faire de la musique ? plus qu?une formule. Je me mets ? ?crire mes chansons et j?y passe tout mon temps. Je me mets au boulot quand je le d?cide. Pendant ces 3 mois ? peu pr?s de cogitation, je ne fais que ?a. Que des chansons? Je me mets ? la disposition de ce que j?imagine cr?er. Ce qui en ressort par contre, ce n?est pas envisageable. J?adore ?crire en fran?ais, ce n?est pas tant que je n?ai pas r?ussi ? le refaire, c?est surtout que j?avais pas grand chose ? dire. C?est dans le sens que je manquais de substance. Dans la forme, j?aurais toujours pu y mettre quelque chose avec de la malice. Mais dans le fond du fond, rien. Le premier album j?avais vraiment envie de chanter, de dire ces choses.?

    Qu?est ce qu?il vous faut pour ? cr?er ? et ? produire ??

    Carla Bruni : ?Ho? il me faut un angle, un biais. Il faut vraiment que ce soit vraiment fervent et passionn?. Mais c?est pareil pour tout le monde, quoi que l?on face.?

    Au d?but, vous pencher sur les po?tes et po?tesses et les adapter ne devait ?tre qu?une partie de votre second disque ?
    Carla Bruni : ?C??tait une id?e qui venait apr?s les chansons. J?ai mis 4 ou 5 po?mes en musique. Comme un mouvement. Au bout de ces 5 l?, j?en ai cherch? d?autres. Les premiers me sont venus tr?s spontan?ment.?

    Vous les avez cherch? de quelles mani?re, les autres ?
    Carla Bruni : ?En tournant les pages (rire)?

    Il y a une unit? de temps dans votre disque ?
    Carla Bruni : ?Oui, qui est s?rement donn?e par la musique et la p?riode litt?raire. Une p?riode purement romantique dans le sens du romantisme ancien. Pas le mot qu?on utilise pour qualifier quelqu?un. C??tait s?rement l?une des plus belles p?riodes de l?histoire de l?art.?

    Qui correspondait aussi ? une id?e tr?s contemporaine du rapport entre les hommes et les femmes ?
    Carla Bruni : ?D?j? tr?s moderne effectivement.?

    Le travail d?adaptation a t?il ?t? finalement plus difficile que de produire vos propres textes ?
    Carla Bruni : ?Non mais il ?tait difficile ? expliquer. Mes propres textes s?expliquent d?eux m?mes. Ils disent quelque chose que les gens ont compris, saisis, je n?en avais plus rien ? en dire. Ils ?taient tr?s explicites. Tandis que ces po?mes sont myst?rieux. Ils ?chappent ? la r?alit?. Il y a comme un secret dans un po?me. Ils sont plus profonds que des textes de chansons. Beaucoup mieux ?crits aussi. Moins accessibles.?

    Yeats par exemple est tr?s onirique, l?adapter n?a pas du ?tre simple ?
    Carla Bruni : ?Ecoutez j?ai tellement aim? faire ?a, je l?ai senti tout de suite que? pfff? j?ai ador?. ? Before The World was Made ?, ces phrases... whaou.?

    On peut d?ailleurs vous remercier de ne pas les avoir adapter en fran?ais ?
    Carla Bruni : ?Ho je n?aurais pas os? ! Vous savez cela aurait ?t? une trahison. Quelle que soit la langue choisie, les po?mes doivent se garder dans leur langue.?

    Ne pas devoir fixer votre attention sur les textes, vous a t?il amen? ? ?tre pointilleuse ailleurs ?

    Carla Bruni : ?Assez. Forc?ment on est concentr? dans la musique. Avec Louis, nous avons ?t? pointilleux en essayant de garder la tranquillit? du premier album. Dans toutes les ?tapes : de l??criture, ? la maquette jusqu?au disque et l?enregistrement final. On a voulu garder cette fluidit?, ce bonheur du premier album. C?est un peu plus blues, on a plus travaill? la musique sur cet album : moi comme lui. J?ai dit ? Louis qu?il n??tait pas du tout un rocker mais un jazz-man.(rire)?

    C?est vous la rockeuse ?
    Carla Bruni : ?Ha ! mais je ne me l?che pas assez pour rentrer dans la peau d?une rockeuse. J?ai regard? hier un reportage sur Edith Piaf et ?a c?est une rockeuse. Je dirais m?me Joe Strummer ! C?est dingue.?

    Vous parliez d?une romantique en voil? un exemple ?

    Carla Bruni : ?Je ne sais pas avec quoi elle chantait, mais ?a devait ?tre plus que tout le monde a.?

    Vous avez demand? ? Marianne Faithfull d??tre une sorte de coach pour votre nouvel album ?

    Carla Bruni : ?D?abord je l?adore, je la connais et je lui avais parl? du projet. Elle a une culture po?tique et litt?raire universelle. C?est sa passion. Elle lit avec une intelligence sup?rieure. Donc je lui ai demand? de faire des petites sections de travail qui ont finalement dur? deux mois. Je dois vous dire aussi que c??tait pour le plaisir (rire) car c?est le pied de bosser avec elle ! On travaillait mais qu?est ce qu?on rigolait.?

    Les po?tesses que vous avez fait votre, ont toute eu une vie tr?s difficile, est ce du ? votre avis ? leur qualit? de femme ou de po?te ?
    Carla Bruni : ?Sans doute qu?il fallait choisir ? l??poque entre les 2. Finalement ce sont des femmes qui ont ?t? seules mais accompagn?es de leur ?criture. Peut ?tre l?ont elles choisi ? ou alors c?est la vie ? Mais elles n??taient pas que tristes et bafou?es par l?existence, notamment Dorothy Parker qui a eu au d?but de sa vie, une histoire lisse et pleine d?amour mais qui a simplement finie sa vie tr?s seule.?

    Il y a comme une mal?diction tout de m?me, ? votre avis doit on souffrir pour ?crire un po?me ou faire un disque ?

    Carla Bruni : ?Je crois que l?on souffre tous. Pas seulement ceux qui l?expriment. Certains l?expriment comme une habitude. Certains savent compter ou courir et d?autres savent ?crire. C?est un terrain qu?on se donne pour jouer, avec lequel on a une proximit?. Moi je suis all?e vers la musique car j?en suis proche. Je ne me mettrais pas ? peindre. Je ne voudrais pas toucher ? l?inconnu. La souffrance est une partie de la vie ? laquelle personne n??chappe. Mais ce n?est peut ?tre pas la souffrance qui motive, je pense que c?est sa transformation qui entre en jeu pour vivre mieux.?

    Faut il ?tre impudique quand on est chanteuse ?

    Carla Bruni : ?Un petit peu peut ?tre? surtout que l?on s?expose avec la voix. Avec la musique aussi mais la musique prot?ge plus qu?elle ne livre la personne. Les mots sont souvent quelque chose d?impudique. D?embl?e c?est personnel. Mais je pense que monter sur sc?ne c?est avant tout avoir envie de montrer quelque chose.?

    Pour vous il y a une sorte de revanche par rapport au regard des autres ?

    Carla Bruni : ?Il y a eu un changement de place. Passer du regard ? l?oreille, c?est pas rien. Car l?oreille est pas mal reli?e au c?ur. La musique fait des souvenirs comme le parfum. Je suis pass?e de la personne abstraite ? la personne concr?te. Le fait d??crire mes chansons est pr?pond?rant. Ca m?autorise ? chanter. Je n?aurais pas commenc? sinon. Ce premier disque, j?en suis tr?s fi?re.?

    Vous allez remonter sur sc?ne ?

    Carla Bruni : ?J?esp?re. C?est dans le programme, mais j?ai plus de voyage que pr?vu avec ce disque. Car je dois aller le d?fendre dans d?autres pays. C?est beaucoup plus de travail.?

    Votre projet d?album franco-italien avance t?il ?

    Carla Bruni : ?Il est en fin d??criture. J?ai eu gr?ce ? ? No Promises ? une sorte de retenue salutaire envers l??criture.?

    Le succ?s de ? Quelqu?un m?a dit ? n??tait il pas exag?r? ?

    Carla Bruni : ?Attendez, laissez moi vous r?pondre bien? je l?ai trouv? inesp?r? (rire). Je ne peux pas vous dire exag?r? car cela m?a fait tellement plaisir (rire). Si j??tais honn?te dans le fond de mon c?ur je vous dirais ? non ?. Je l?ai trouv? miraculeux et un peu inqui?tant. Inqui?t?e car j?ai bien vu que cela d?passait le stade de l?engouement habituel d?un disque. Ca m?a m?me d?pass?e moi m?me. Pour moi, au del? de 400 personnes qui ach?tent un disque c?est d?j? dingue. 400 personnes ?a peut ?tre les copains de vos copains, votre famille et des curieux. Bon je sais que si j?avais atteint cette limite de 400 je n?aurais plus jamais sign? (rire). Quand j?ai demand? ? Na?ve le nombre de disques pour le premier jour de sortie, ils m?ont dit 10 000 ! Ce qui est ?norme. Je pense que d??tre connue comme mannequin m?a amen? ? avoir plein de presses. Je pensais que ce serait une catastrophe, je ne pensais pas que 10 000 personnes allaient sortir de chez elles pour aller acheter ce disque. Les chiffres dont ils m?ont parl?, apr?s, je les entendais m?me pas. On ?tait stup?fait. C??tait comme une vague, elle partait sans moi. En plus, j??tais de plus en plus nulle pour la jouer car j??tais ?cras?e par la pression. J?avais ?crit des chansons dans ma chambre de bonne et d?un coup, je me retrouvais au Z?nith pour les victoires de la musique. J?ai d?ailleurs cru me liqu?fier.?

    En plus devant un public difficile ?

    Carla Bruni : ?C?est pas tellement ?a. Du point de vue du m?tier, je n??tais pas du tout pr?te. Je suis quelqu?un de tr?s appliqu?. Ca ne se voit pas, mais je travaille beaucoup. Je suis une laborieuse. M?me si ? Quelqu?un m?a dit ? fut tr?s l?ger ? faire.?

    Et le nouveau : la m?me impression ?

    Carla Bruni : ?Un peu moins l?g?rement. Ne serait ce qu?absorber par la musique, l?ambiance, les po?mes mais quand m?me assez ludique.?

    Vous avez utilis? Myspace pour faire d?couvrir vos nouvelles chansons, c?est une id?e ? vous ?

    Carla Bruni : ?La maison de disque ne voulait pas forc?ment le faire. Moi j?en avais tr?s envie car cela me fascine Myspace. J?ai trouv? que c??tait une esp?ce d?ouverture sur quelque chose d?int?rieur. Donc nous en avons parl? ensemble. Cette maison de disque est exquise. Un disque dans une autre langue aurait pu les f?cher alors que l? ils ont toujours ?t? ravis, contents, encourageants. Ils vous accompagnent.?

    Pour terminer, je voulais savoir si cela vous arrive souvent de lire dans cette position comme sur la pochette ?
    Carla Bruni : ?(rire) Non ! Jamais. Je lis avachie.?

    Propos recueillis par Pierre DERENSY

    Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

    *
    Code image (a ressaisir) : *
    Commentaire *

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan