Cette semaine

Autres Interviews



Un commentaire?

Chronique(s)

  • Slalom dame
  • Liste des interviews » Interview de Jeanne Balibar

    Le 06 Novembre 2006
    Par Pierre DERENSY
    Jeanne Balibar cr?ve facilement l??cran noir de nos nuits blanches. La voil? dor?navant ? truster les platines de tous les noctambules insomniaques. Son deuxi?me et dernier album ? Slalom Dame ? est une danse soyeuse, un plaisir pour les oreilles. Toujours juste dans son jeu comme dans sa voix, cette obscure objet de d?sir et de plaisir se fait tour ? tour voler la vedette par ses humeurs ? la fois frivoles et tristes. Un pur bonheur.

    Le retour ? Paramour ? de Jeanne Balibar ? la musique ?tait il une ?vidence ?

    Jeanne Balibar : ?Ha, ha? en fait ce qui est marrant c?est que je n?ai pas l?impression d?avoir interrompu quoi que ce soit entre le premier et le deuxi?me disque. Nous avons tourn? longtemps avec Rodolphe, la derni?re fois que je suis mont?e sur sc?ne c??tait en juin, ensuite il y a eu les grandes vacances et d?s le mois de septembre, je me suis attach?e ? mon second disque donc il n?y a pas vraiment eu d?interruption. D?s l?instant o? j?ai fait ? Paramour ? cela n?a plus jamais quitt? mon existence d??tre dans la musique. Par contre je ne pensais pas faire un deuxi?me disque aussi vite.?

    Le titre ? slalom dame ? veut bien dire que vous avez pris le d?part de la course mais ?tes vous arriv?e en bas sans oublier une porte ?
    Jeanne Balibar : ?(Rire) je me suis toujours cass? la gueule dans les slaloms? ce que je trouve marrant dans les slaloms c?est que justement, quand on est au d?part, on ne voit pas l?arriv?e. On voit des portes, on sait que ?a continue ? tourner mais on ne voit pas ce qui va arriver une fois le coude pass?.?

    Ca vous est arriv? d?en louper entre le premier et le deuxi?me album, de ces fameuses portes, style ne pas monter assez sur sc?ne?

    Jeanne Balibar : ?Pas du tout, en fait au d?but je ne pensais pas en faire du tout ! Tout ce que on a fait sur sc?ne c??tait des trucs inesp?r?s. Je pense que les choses se font au moment o? elles doivent se faire. Ce qu?on a fait c??tait bien, c??tait ce qu?il fallait faire.?

    La grosse diff?rence entre les 2 albums, c?est qu?avec ce deuxi?me opus vous ?tes beaucoup plus impliqu?e ?

    Jeanne Balibar : ?Sur ?Paramour? j??tais l? beaucoup plus comme une actrice sur un film, c??tait Rodolphe le r?alisateur, le metteur en sc?ne de tout, il a choisi le mixeur. Cette fois ci c??tait diff?rent car j??tais aux manettes.?

    Plus de pressions ?
    Jeanne Balibar : ?(sourire) Non??

    Par contre, on a du mal ? croire que vous ?tes capable de ne penser ? rien comme sur la premi?re chanson du disque ?
    Jeanne Balibar : ?En effet, j?aimerais bien ne penser ? rien un peu plus souvent !?

    C?est pas possible ?
    Jeanne Balibar : ?Mon copain me demandait s?il m?arrivait de me promener dans la rue sans penser ? rien du tout. Il faut dire que j?aime travailler dans la rue en marchant. Ce qui fait que j?ai l?air d?une folle compl?te. Un jour nous avions rendez-vous et comme je suis tr?s myope je le voyais pas et il m?attendait. Au bout d?un moment je me suis aper?u qu?il ?tait l? devant moi et il semblait ?tonn? de me voir dans mes pens?es. Limite horrifi?.?

    Pour ce deuxi?me album, avez vous proc?d? de la m?me mani?re, en amenant des choses que vous aimiez en musique comme vous l?aviez fait pour ? Paramour ? ? vos collaborateurs ?
    Jeanne Balibar : ?Pas du tout ! Parce qu?en fait ils m?ont tous amen? des chansons termin?es.?

    Vous avez du faire le tri ?
    Jeanne Balibar : ?(Elle r?fl?chi) Question pi?ge l? ! Depuis toujours je re?ois ?norm?ment de propositions de chansons, m?me depuis bien avant le premier disque. Je les ?coute toutes mais pour ce disque ce n?est pas de cette mani?re que cela s?est fait. Que ce soit Fred Poulet et Sarah Murcia, que ce soit Dominique A ou les Abstrackt, ce sont des gens que j?ai rencontr? et qui m?ont simplement dit qu?ils aimeraient travailler avec moi. C?est une d?cision prise ensemble. Ils m?ont ?crites des choses apr?s toute pr?tes.?

    On s?imagine bien que ce ne sont pas des mercenaires pay?s pour coller ? votre univers ?
    Jeanne Balibar : ?Ce ne sont pas du tout des commandes. Ce sont des rencontres. J?aimais leurs univers. En fait cela fonctionnait ainsi : ? la suite de mes concerts ou de leurs concerts, on se voyait pour boire un coup et tout finissait par cette conclusion ? On s?aime ?.?

    Cette m?lancolie tenace qui parsemait ? Paramour ? semble s?estomper sur ? Slalom Dame ? ?
    Jeanne Balibar : ?C?est un vrai sujet qui me concerne, cette m?lancolie?. Et oui vous avez raison (rire) mais l?id?e directrice de cet album, c??tait de faire un album l?ger et joyeux. La m?lancolie tenace a donc quand m?me jou? des coudes parce qu?on ne peut pas dire qu?elle soit totalement absente de ? Slalom Dame ?. Ce n?est pas Rose Murphy tout du long.?

    On sent surtout que vous devez vous prouver des choses ?
    Jeanne Balibar : ?Ha oui ? bhen tant mieux ! (rire) Je pense qu?on est un grand artiste quand on ne doit plus jamais se prouver des choses ? soi m?me.?

    Le public, les m?dias, etc? savent dor?navant que vous ?tes une chanteuse ? part enti?re ?

    Jeanne Balibar : ?(elle r?fl?chi) Je crois que le vrai probl?me c?est vraiment de se prouver des choses ? soi-m?me?.?

    Surtout pour une fille qui r?fl?chit toujours ?
    Jeanne Balibar : ?Oui ! (rire) mais cela m?arrive tout de m?me de ne penser ? rien.?

    A partir de la piste 09 on a l?impression que vous avez voulu jouer de mani?re ludique avec la fin de votre album ?
    Jeanne Balibar : ?Alors? attendez je vais chercher la track-list.(elle se l?ve pour prendre son disque et me montrer le visuel).Vous la trouvez jolie ma pochette ? Il est beau ce visuel hein ! Alors ? partir de ?Sex And V?g?tables? vous trouvez que je suis diff?rente ??

    Oui, que vous d?sirez vous amuser ?

    Jeanne Balibar : ?Mais j?ai toujours envie de m?amuser ! personne ne le sait mais je vous assure que j?aime m?amuser ! (rire)?

    Et pourtant pas de duo cette fois sur le disque ?
    Jeanne Balibar : ?Uniquement le fait du hasard pour le coup.?

    Dans la musique votre premier album ?tait plus anglophile ?
    Jeanne Balibar : ?C?est vrai ! Moins carte de visite de tous les cot?s. Vous savez l?anglais repr?sente plus le pass? pour moi. Car je me mettais sous la protection de la musique et de la litt?rature anglaises, comme des puissances protectrices tut?laires. Alors qu?avec celui l? c?est plus ici et maintenant. J?aime beaucoup la puissance de masque et de d?guisement que l?on peut trouver dans les langues ?trang?res. J?adorerais par exemple chanter en allemand. Le masque permet de d?voiler des choses pudiques que l?on est incapable d?offrir dans sa langue maternelle. C?est un jeu qui est int?ressant. La pudeur ne se place pas au m?me endroit.?

    La sensation de jouer la com?die ou de chanter est elle similaire ?

    Jeanne Balibar : ?Pour moi oui. Ce qui est diff?rent mais j?esp?re que cela le sera de moins en moins c?est le rappor au public sur sc?ne entre le th??tre et le concert. Parce que le concert c?est une forme o? vous devez, comme chanteur, ?tre dans un rapport tr?s direct et h?ro?que avec le public. On tient le truc ? bout de bras. Il y a un cot? show-man dans le concert qui fait partie de la jouissance de l?ensemble. Sans ?tre pour autant Dalida ou Mick Jagger mais au th??tre c?est plus subtile. Une des raisons de me lancer dans la chanson c?est justement parce que je me d?barrasse d?un phras? trop chant? sur les planches quand je suis dans un r?le. J?en raffole hein, l? n?est pas la question, car c?est constitutif de moi-m?me. Je peux ainsi me lancer dans un th??tre plus moderne. Bas? sur l?esth?tique. Qu?est ce que c?est que le r?le principal ? comment cela se joue ? cela m?int?resse de biaiser avec ?a. En toute perversit? (rire). Je peux dialoguer avec mes id?es.?

    Apportez vous plus d?amour ? vos disques qu?? vos films ?
    Jeanne Balibar : ?Pareil !?

    Ce n?est pas un b?b? votre disque alors que sur un plateau vous ?tes juste au service d?un r?alisateur ou d?un metteur en sc?ne ?
    Jeanne Balibar : ?Vous savez une interpr?tation, vous la ch?rissez comme un enfant de la m?me mani?re. Par exemple je joue dans le dernier Rivette et mon interpr?tation du personnage, j?y tiens comme ? la prunelle de mes yeux. M?me pour un r?le jou? plein de fois par des actrices diff?rentes? ce ? quoi je tiens et que je ch?ris plus que tout, ce sont les tous petits d?tails. Et ces petits d?tails c?est similaire au caract?re de son enfant.?

    Sur le disque vous pouvez me donner justement les d?tails qui font la diff?rence ?
    Jeanne Balibar : ?Non ! je ne peux pas ! je ne m??coute pas moi m?me, je ne regarde pas les films que j?ai fait. Bon je l?ai ?cout? pour voir si tout allait bien (rire) mais par exemple l?ann?e derni?re, ? un moment, presque ? la fin des concerts, je suis all? faire un set ? Namur et j?ai fait beaucoup de promo en Belgique ? nouveau ? l?occasion de ce concert en ?coutant mes chansons que je n?avais pas entendu depuis 2 ans, j?ai ?t? agr?ablement surprise par certaines choses. C??tait limite merveilleux?. Mais c?est comme d?aimer quelqu?un ou d?avoir ?t? aim? par quelqu?un. Ca vous fa?onne, ?a vous constitue mais c?est construit dans un laps de temps.?

    L?image que vous v?hiculez sur les photos de presse, notamment pour le premier disque est totalement diff?rente de vos photos en qualit? d?actrice, y a t?il une dichotomie visuelle chez vous quand vous ?tes dans l?une ou l?autre partie de votre m?tier artistique ?

    Jeanne Balibar : ?(elle r?fl?chi) Alors? comme actrice ce n?est pas moi qui fabrique les images donc je rentre dans un code artistique ou commercial qui s?appuie sur des aspects de moi qui ne sont pas tr?s trash. Apr?s je crois que ce qui est beau ce sont les contradictions d?une personne.?

    Sur les photos de vos albums je vous trouve beaucoup plus rock n?roll ?
    Jeanne Balibar : ?C?est clair qu?il y a une part plus naturelle et sauvage de moi qui trouve ? s?exprimer dans la musique. Ma sophistication int?resse les r?alisateurs et les metteurs en sc?ne de th??tre.?

    Cela vous ennuie d?ailleurs cette image ?

    Jeanne Balibar : ?Non? je suis contente de pouvoir tout faire. Par contre si je ne pouvais pas exprimer un cot? plus profond cela me manquerait. Je pense que ces deux parties de moi vont se rejoindre petit ? petit.?

    A mon sens, le corps est intimement li? ? la voix, vos ann?es de danse vous ont t?elles permis d?appr?hender le chant diff?remment ?

    Jeanne Balibar : ?Le corps c?est ce qui m?int?resse le plus dans la vie. La possibilit? d?avoir l?impression d?habiter mon corps, que ce soit lui qui parle, qui r?agi, qui pense. C?est aussi pour ?a que d?s petite fille j?ai ?t? attir?e par la danse. Par contre la danse classique fut pour moi un fourvoiement total ! J?ai du tr?s vite comprendre que c??tait ?a qui m?int?ressait dans l?existence. Hors la danse classique ce n??tait pas le bon moyen d?explorer ce sujet. En m?me temps ce fut parfait pour me donner une sorte de repoussoir. Chanter et jouer c?est une exp?rience identique que le yoga. Physique, interne, qui peut ?tre ind?finiment travaill?. La sc?ne c?est une mani?re d?y retourner tout le temps. Etre retravers? dans son corps par ce truc l?.?

    Votre disque ne fait qu?accentuer le myst?re qui semble vous entourer ?

    Jeanne Balibar : ?Je ne pense jamais ? ce fameux myst?re qui semble ?tre une caract?ristique tr?s journalistique. Vous savez j?aime bien les profondeurs?

    Je vais vous poser une question incongrue mais n?avez vous pas l?impression de faire peur aux hommes ?
    Jeanne Balibar : ?Les hommes ont si peur de moi que ?a ??

    Je crois oui?
    Jeanne Balibar : ?Bhen heureusement alors ! (rire)?

    Alors vous devez conna?tre cette expression de Jouvet : ? Tant vaut l?homme, tant vaut l?acteur ? j?aimerais vous demander ce que vaut la chanteuse Jeanne Balibar ?
    Jeanne Balibar : ?Je ne sais pas si on le sait encore ! ni vous, ni moi. Ce que j?aime de plus en plus dans la musique, ce qui me touche le plus c?est de savoir qui j?entends. Qui est l?homme, l??tre humain que j?entends et est ce que je le comprends. Quelqu?un que je classe au dessus du lot c?est Chet Baker chanteur. Quand je l?entends chanter j?entends le plus grand crooner du monde, un amoureux? apr?s je ne sais rien de sa vie personnelle mais j?entends une mani?re d?aimer d?mente. J?entends de l?or. Je suis pas sur qu?on entende quand je chante compl?tement qui je suis ou ce que ?a vaut. Parce qu?il me reste des peurs, des difficult?s? par manque d?exp?rience mais peut ?tre qu?un jour il n?y aura plus d?obstacles pour entendre le fond de mon c?ur. On entend quelque chose hein, sinon personne ne mettrait de l?argent pour que je fasse un disque. S?il n?y avait pas des gens dans une maison de disque, des musiciens, et le public qui trouve du plaisir ? m?entendre il n?y aurait jamais eu Jeanne Balibar chanteuse.?

    Vous avez jou? dans le film ? J?aurais voulu ?tre danseur ? ?, alors quant ? vous qu?est ce que vous auriez aim? devenir ?
    Jeanne Balibar : ?G?ographe ! parce que je raffole de la po?sie des paysages et des cartes. Cette rencontre de l?homme, de l?activit? sociale et politique et des ?l?ments.?

    Question ?conomique :
    Est ce qu?il y a quelqu?un dans votre entourage qui compte pour vous ou ?tes vous autonome dans votre porte-monnaie ?

    Jeanne Balibar : ?Houl?? je suis autonome, personne ne compte pour moi mais je fais conneries sur conneries, je me r?veille presque toutes les nuits ? 4 heures du matin pour m?angoisser sur ces questions? je vous avouerais que je me r?veille tous les jours ? 4 h du matin en voyant la vie tr?s noire (rire) ensuite je me rendors et ? 8 h ?a va mieux. Mais parmi ces choses lugubres il y a beaucoup de questionnements de ma part sur l?argent. Quelque soit ma situation financi?re qui peut ?tre variable d?un mois sur l?autre. M?me au milieu d?un tournage qui est la situation o? l?on a du fric par excellence??

    Est ce plus lucratif de chanter ou de jouer la com?die ?
    Jeanne Balibar : ?Un film ! (cat?gorique) Enfin ?a d?pend quel film, un film normalement produit rapporte beaucoup plus d?argent qu?un disque !?

    Quand je vois votre filmographie je suis totalement sous le charme, sauf pour un o? je me dis que vous l?avez fait uniquement par profit ?
    Jeanne Balibar : ?Lequel ??

    Les Rois Maudits ?
    Jeanne Balibar : ?Ha alors l? vous avez tord ! Non, non, non : bon c??tait absolument une bonne op?ration financi?re mais pas du tout mon premier motif dans ce choix. Vous avez tord monsieur ! d?abord car Jos? Dayan est quelqu?un de tr?s passionnant, j?ai une grande passion pour son travail. Et surtout dites moi ? la t?l?, ? 20 heures 30, vous avez eu l?occasion de voir Jacques Spiesser, Eric Ruf, votre serviteuse ? elle fait exister dans le petit ?cran, pour tout le monde un type d?acteur qu?elle est la seule ? faire exister ? la t?l?vision. C?est extraordinaire ! C?est super important. Je me suis vraiment amus?e ? jouer l?empoisonneuse, ? ?tre avec Jeanne Moreau. L?englobage esth?tique on peut le trouver d?sastreux??

    Cheap ?
    Jeanne Balibar : ?Est ce si important finalement par rapport ? ce qu?il y a de bien dedans ? Mon r?le limite shakespearien j??tais contente de savoir que beaucoup de monde l?ont vu ! apr?s vous trouvez peut ?tre que je n??tais pas bonne ??

    Impossible de penser ?a de ma part !
    Jeanne Balibar : ?Ca peut arriver que je ne sois pas bonne hein (rire) mais apr?s le truc kitch, je pense qu?on peut y aller si on sait pourquoi on l?utilise. C?est un point de vue qui se d?fend surtout face ? la connerie ambiante. Jos? ne m?a jamais critiqu? sur mon jeu.?

    Sur quoi seriez vous pr?te ? mettre une somme exorbitante ?
    Jeanne Balibar : ?Le temps libre !?

    Mais le temps ne s?ach?te pas !
    Jeanne Balibar : ?Si ! on me donnerait 150 000 euros et on me demanderait ce que j?en ferais et bien je partirais en vacances pour ne rien faire.?

    Si je vous donne le choix entre devenir m?c?ne d?un artiste ou faire manger correctement plusieurs familles dans la sid?rurgie, vous choisissez quoi ?
    Jeanne Balibar : ?Ho je n?aime pas votre phrase?ni cette question. ?

    Je l?ai fait expr?s !
    Jeanne Balibar : ?Forc?ment je vais vous dire la deuxi?me proposition, mais par ailleurs j?aimerais bien me trouver un m?c?ne qui me payerait ces fameuses vacances. Je cherche quelqu?un qui serait pr?t ? me donner du fric pendant 2 ans pour faire plein de progr?s. En ne faisant rien du tout ! je pense d?ailleurs que ce serait le truc qui me ferait vachement progresser.?

    Regardez vous le prix lorsque vous achetez un livre, un disque ou tout autre bien culturel ?
    Jeanne Balibar : ?Non, jamais ! Quand je suis en tourn?e et que je dois passer une journ?e dans une ville au d?but je vais m?acheter plein de trucs ? la FNAC ou dans des librairies, des disquaires et ensuite ? force je claque tout mon argent au Monoprix pour n?importe quoi de totalement superflu.?

    La question reine Elisabeth II : connaissez vous le prix d?une baguette de pain ?
    Jeanne Balibar : ?80 centimes ??

    Propos recueillis par Pierre DERENSY

    Vos réactions (nombre de commentaire(s) : 0)  

    *
    Code image (a ressaisir) : *
    Commentaire *

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan