Cette semaine

Autres portraits



Interview

  • 04/11/2008
  • Les autres albums

  • Ludo Pin (2008)
  • Les portraits » Ludo Pin

    Ludo Pin ne chante pas, il ne rappe pas non plus, fait-il du spoken word ? Non, pas vraiment. Il fait un peu de tout cela, nourri ? la chanson, au trip hop, au hip hop, aux guitares, il invente son propre genre musical, celui d'une g?n?ration qui n'a plus de chapelle o? se r?fugier pour pleurer les maux de son ?poque.

    ? 28 ans, ce jeune parisien (depuis 5 ans) a grandi loin des paillettes du show biz ? Sarcelles dans le 95, on devine d'ailleurs dans certains morceaux, quelques r?f?rences ? ses anciens voisins. Ludo Pin a pris des cours de guitare, d'ethnomusicologie mais pour le reste, programmations, basse, synth?, piano, il est autodidacte.

    Sa g?n?ration, c'est celle de ces enfants qui ont grandi dans la d?cadence du mod?le am?ricain des ann?es 80, pour le voir se briser dans le suicide d'un Kurt Cobain, ?touff? par le consum?risme. Ludo Pin exprime le malaise de sa g?n?ration, d?sillusion de l'amour qui n'a plus d'?me. Le discours pourrait para?tre na?f, mais la plume est habile et le flow juste. Ce type n'en fait ni trop ni pas assez, il sonne vrai.

    Radio Nova figure parmi les premiers ? remarquer Ludo Pin gr?ce ? un premier single autoproduit et sa rencontre avec le chanteur/bidouilleur Ignatus. C?est ensuite Louise Attaque qui craque et le fait jouer sur deux Z?niths (Rouen et Orl?ans) ainsi qu'? Bercy pour les Nuits Parisiennes en novembre 2006. Rien d'?tonnant, les grands esprits se rencontrent. Une pr?s?lection au Printemps de Bourges 2007, une apparition dans le CD "CQFD" des Inrockuptibles puis une s?lection au Chantier des Francos 2008, et c'est la course chez les maisons de disques.
    C'est finalement le label ind?pendant canadien Audiogram qui, ouvrant ses bureaux en France le prend sous son aile, Ludo Pin succ?de alors ? Pierre Lapointe et devient la premi?re signature fran?aise du label. Ludo reste fid?le ? ses id?es, garde le meilleur de ses exp?rimentations en home-studio et finalise son projet avec B?n?dicte Schmitt (Benjamin Biolay ? Trash y?y? ??) qui mixe et co-r?alise l'album au studio Labomatic. Ludo Pin signe la totalit? des paroles et musiques, ? l?exception de deux textes ?crits par son fr?re Guillaume Pin : "Et je m'ouvre" et "L'archiduchesse".

    Ce disque pourrait para?tre sorti d'une bulle, il n'en est rien, il garde les yeux ouverts sans complaisance, sans cynisme non plus, juste de l'intelligence et de la sensibilit

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan