Cette semaine

Autres portraits



Chronique(s) du meme artiste

  • Casino
  • Les autres albums

  • Casino (2008)
  • Les portraits » Arman M?lies

    Magicien. Ce n?est nullement un hasard si Arman M?li?s s?est choisi, il y a d?j? cinq ans, un nom d?artiste en forme de double hommage : Arman, pour l?excentrique peintre et sculpteur contemporain qui cassait des pianos avant de les coller sur des toiles de trois m?tres sur quatre ; M?li?s, pour le lunaire cin?aste pionnier, inventeur des premiers trucages.

    Car il y a un peu de tout cela dans les chansons d?Arman M?li?s : un go?t prononc? pour le fantasmagorique m?lancolique et la f??rie bizarre, une propension au romantisme ?trange, ? l??motion irr?elle.

    On dit des Beach Boys qu?ils ont jadis invent? les symphonies de poche. C?est sans doute sur ces fondations-l? qu?Arman a b?ti peu ? peu son ?uvre, comme un puzzle harmonique aux pi?ces changeantes et sans cesse renouvel?es, un collage de sons et de sens aux volutes a?riennes. En deux albums, ? N?ons blancs et asphaltine ? en 2004, puis, l?ann?e d?apr?s, ? Les Tortures volontaires ?, Arman M?li?s a impos? sa griffe sonore, ? la fois onirique et cin?matographique, ses textes aux d?tours altiers et lyriques, tout en suggestions baroques.

    Pas ?tonnant que des artistes comme Dominique A ou Alain Bashung se soient entich?s de ce curieux troubadour aux ardeurs exaltantes. Apr?s avoir enregistr? "Ivres" en duo avec l?auteur de ? Osez Jos?phine ? (sur les "Tortures Volontaires") et l'avoir accompagn? pour sa derni?re tourn?e en date, Arman vient d?ailleurs d??crire deux musiques de son prochain album. D?cidemment, ces deux-l? ne se quittent plus.

    C?est fort de ces exp?riences enrichissantes qu?Arman M?li?s propose aujourd?hui son troisi?me enregistrement studio. Sobrement intitul? ? Casino ?, le disque, r?alis? ? Bruxelles par le fid?le Antoine Gaillet, renoue avec un format plus ? chanson ?, tout en s?inscrivant dans une continuit? artistique : on y retrouve l?univers M?li?s, mais enrichi de cordes, cuivres, claviers, et batteries percutantes.

    Dix titres denses et drus, aux musiques et aux textes ?troitement li?s, comme un voyage dans l?imaginaire, ou une promenade nocturne sur la gr?ve d?une station baln?aire abandonn?e.

    ? Apr?s un an et demi de tourn?e, seul sur sc?ne, j?avais envie d?un retour ? l??lectrique et aux rythmiques, mais aussi de plus de concision m?lodique et de simplicit? dans les textes?, affirme ce natif de l?Essonne, grandi aux sons de Neil Young, The Cure, Sonic Youth ou My Bloody Valentine.

    Un fan de musiques anglo-saxonnes mais nourri de litt?rature contemporaine et admirateur de L?o Ferr?. Un artisan paysagiste pointilleux, qui raffole des effets de miroir et des expressions ? double sens et n?h?site pas ? peaufiner ses textes au millim?tre pr?s :

    ? Quand j??cris, trouver le mot juste me rend heureux? jusqu?au mot suivant. ? ? Casino ? d?bute par le morceau ?ponyme, ?vocation de la com?die de la vie avec son jeu de masques, ses ? r?gles du je ? et cette solitude qu?on ressent parfois, ? ensemble, esseul?s, mais ensemble? ?

    Un th?me qui revient comme un leitmotiv tout au long de l?album : rester debout, malgr? les ?preuves, les douleurs et les deuils, se persuader que la vie continue, au-del? des regrets et des envies inassouvies. Chansons de vie et de mort, donc, chansons d?amours et de ruptures aussi. Comme ? Belem ?, souvenir d?une escapade litt?raire dans les rues de Lisbonne, librement inspir?e par ? Le Livre de l?intranquillit? ? de l??crivain Fernando Pessoa, ou ? Sur ta peau ?, inventaire des petits et grands mensonges quotidiens.

    Ou encore cette ?tonnante reprise d?? Amoureux solitaires ?, le tube synth?tique eighties d?Elli et Jacno, popularis? par Lio, qu?Arman s?approprie et r?invente, ? ? cause des paroles, un texte incroyable pass? inaper?u ? l??poque et qui colle parfaitement ? la th?matique de l?album ?.

    Sur la pochette du disque, illustr?e comme d?habitude par le graphiste dada?ste Julien Pacaud, on voit des ballons rouges planant au-dessus d?un immeuble au futurisme rectiligne. C?est tout Arman M?li?s, ?a : un m?lange de r?ve et de rigueur, de fiction et de r?alisme, de modernit? et de classicisme. Dans le Casino d?Arman, il y a des tapis verts et des divas nostalgiques, des regrets et des espoirs, des soupirs et des sourires, de l?amour et du hasard. Le jeu de la vie.

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan