Cette semaine

Autres portraits



Les autres albums

  • Huit de Pique (2007)
  • Les portraits » Alexandra Roos

    Alexandra Roos est n?e en 1970 ? St-Cloud.
    Chanteuse-compositeur fran?aise.
    Enregistre son premier album en 1997. Ou, selon d?autres sources, enregistre son premier album en 2000.
    S?initie au chant ? la chorale du coll?ge "le bon sauveur" o? elle est pensionnaire.
    N?est pas tr?s bonne ?l?ve mais obtient son baccalaur?at. Pas d'?tudes sup?rieures.
    Chante dans des groupes de reprises, piano bar, enregistre plusieurs maquettes (tr?s mauvaises d'ailleurs)
    Puis...
    Rencontre G?rard Duguet-Grasser, son auteur, en 1993, et de l?...

    NAIVE. Comment avez-vous rencontr? Alexandra Roos ?

    ARNAUD VIVIANT. J?ai rencontr? en premier lieu l'?trange Jeff Rian, le guitariste au jeu concass?, qui rajoute cette esp?ce de puret? sourde, je ne sais pas comment le dire autrement, aux m?lodies d?Alexandra. Il tra?nait comme moi dans le milieu de l'art contemporain, mais mieux que moi ! Jeff, c'est un fragment d'?toile, un ?tat d?Am?rique ? Paris. Puis j'ai fait la connaissance de G?rard Duguet-Grasser. Il ?crivait dans ? Purple Magazine ? des textes follement inattendus, visuels comme des films trembl?s, une prose po?tique combl?e par de l'?thique. Ses textes s'?levaient dans la page comme des murs h?riss?s de tessons de mots. Nous sommes devenus imm?diatement amis.

    NAIVE. Et Alexandra ?
    A.V. De l'eau a pass? sous les ponts, de l?alcool dans les verres, avant que je la rencontre. Elle est tr?s impressionnante, vous savez. J'avais la sensation de rencontrer une femme en voie de disparition. Sa gouaille vous d?sar?onne. C?est un ?tre ? la fois lointain et populaire. Je crois qu?Alexandra ne se r?concilie avec elle-m?me et le monde qu?avec une guitare entre les mains. Il faut absolument la voir en concert pour comprendre cela.

    NAIVE. Vous avez ?crit d'elle : ? Alexandra Roos serait une chanteuse de rue s'il y avait encore des rues ?.
    A.V. C'est gentil de vous en souvenir, mais ce n'est qu?une formule. Comme lorsque je dis maintenant qu?elle fait de la country y?y? ! Attention, ?a reste off ! N'allez pas ?crire cela. Ce que je voulais simplement dire, c'est que cette fille avait la musique dans la peau. Qu?elle chantait en libert?. En gueulant parfois que ?a n'a pas de prix. C'est tout ce que je voulais dire. Alexandra Ross a un tic de langage que j?adore, moi qui les d?teste tous. Elle commence ou termine toutes ses phrases, par ? en vrai ?. En vrai, c'est une grande chanteuse. Il suffit d'?couter ? Prends-moi ? o? elle chante comme un truand qui monte et d?monte son revolver, les yeux ferm?s.

    NAIVE. ? Prends-moi ?, c'est votre chanson pr?f?r?e sur Huit de Pique ?
    A.V. Oui, m?me si ? ce sujet, je change d'avis plus souvent que de slip Mais je reviens toujours ? ? Prends-moi ? qui est une grande chanson r?volutionnaire. Elle est faite de larmes et de sang. Je me souviendrai toujours du jour o? je l'ai entendue pour la premi?re fois. C'?tait ? l?auditorium du Louvres pour une soir?e en hommage ? Robert Badinter. Vous imaginez la t?te de Robert quand cette jeune femme a chant? : ? Baise-moi puisque je ne suis bonne qu?? ?a ?. C'est un grand texte. Un tube de barricade, un hit de r?sistance ! Le slow d'un ?t? pourri sous une dictature comme de la peinture fra?che

    NAIVE. Et le duo avec Julien Clerc ?
    A.V. J?adore. Cela me rappelle ? Fairytale In New York ? des Pogues, le duo entre Shane McGohan et la regrett?e, trop t?t disparue, Kirsty McColl. Vous connaissez ? Pour moi, c'est du m?me niveau, la m?me ?quation bancale, magique. J'aime aussi beaucoup ? Pescara ?. Je connais l?histoire de cette chanson, je sais ce qu?elle ?voque dans l?esprit filmique (Antonioni, Wenders) de G?rard Duguet-Grasser. Et j?adore le chant d?Alexandra, sur ce titre. Elle n'a pas du tout appr?ci? que je lui dise qu?elle chantait mieux que France Gall, mais je m'en fous. Je l'aime, c'est tout. Tant pis si Alex ne comprend pas.

    NAIVE. Parlons un peu de la musique
    A.V. Il ne faut jamais oublier que Dylan ?tait amoureux de Fran?oise Hardy Voil? ce que j'ai envie de dire, pour commencer, de cette musique-l?. Si on cherche des r?f?rences comme de l'or, il sera alors difficile, par exemple, de ne pas penser ? la country spectrale et monastique des Cowboys Junkies sur ? Centre commercial ?. Je pense aussi, un peu partout, ? la pr?cision millim?trique du folk anglais, celui de John & Beverley Martyn, par exemple. Plus g?n?ralement, j?entends partout une politesse, une d?f?rence de la musique par rapport ? la voix. Celle-ci est au centre (pas toujours commercialement). Parfois, dans les arrangements, ?a fr?le l?acupuncture, l?apposition des mains. Ce disque produit en France, puis mix? en Angleterre par l?artisan du son des Tindersticks, montre aussi que, pour l??tranger, la chanson fran?aise est consid?r?e depuis peu comme un genre musical en soi, qui a son propre bac dans les magasins de disques d?Am?rique, d?Angleterre ou du Japon. Quand on pense que c'est un Anglais qui a compos? ce p'tit jerk de p'tites auto-tamponneuses, comme dirait G?rard Duguet-Grasser, qu?est ? Tout est fini ? ! Mais c'est exactement ce que je voulais dire en rappelant que Dylan ?tait amoureux de Fran?oise Hardy.

    NAIVE. Country y?y?, vous confirmez ?
    A.V. Faute de mieux ! Faute de mieux ! En vrai, il n'y a pas de prix sur l??tiquette.

    NAIVE. Pour finir, le morceau cach?
    A.V. Quel morceau cach? ? Tout le monde sait qu?il n'y a pas de ? morceau cach? ?

    Propos recueillis le 25 F?vrier 2007

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan