Cette semaine

Autres portraits



Chronique(s) du meme artiste

  • Tout va bien
  • Les autres albums

  • Tout va bien (2006)
  • Les portraits » Zo

    Blonde et belge d?abord, ?clectique et ?lectrique ensuite, amusante et battante aussi, ou bien ravageuse et originale? Au premier regard, plus d?un poncif conviendraient ? Zo?. Elle a su s?en accommoder, en faire des atouts et en sourire aujourd?hui, d?un second degr? qui n?appartient qu?? elle.

    Une fille de plus dans le paysage fran?ais de la rime f?minine ? D?sol? de bousculer vos certitudes mais d?s les premi?res notes de cet opus, une ?vidence : Zo? ne ressemble ? personne. Et son premier disque lui ressemble.

    Rien de plus naturel puisqu?elle l?a tellement attendu cet album. Les proches se rappellent d?un lointain et enfantin premier 45 Tours intitul? ? Girouette Le Cam?l?on ?. Elle se souvient des ann?es trop studieuses au Conservatoire de Bruxelles au temps o? l?ado n??tait encore qu?une petite fille au piano. Laur?ate de la Biennale de la Chanson Fran?aise ? Bruxelles en 1998, elle se distingue plus tard en festivals ? Montauban, ? Spa ou au Qu?bec. Choriste de Maurane durant quelques ann?es marathon, elle n?en oublie pas de br?ler les planches pour elle, m?lant humour grin?ant et d?sarmante sinc?rit?. Elle se fend parfois d?une reprise de ses idoles comme Les draps blancs de Guidoni, ou se retrouve en premi?re partie de ses mod?les (Higelin, Juliette) et prend le risque de soumettre son r?pertoire au verdict implacable du spectacle vivant dans toute la francophonie, arm?e d?une hargne qui lui permet de se jouer des tours que r?servent les premiers pas. A son arriv?e ? Paris, elle rencontre l??quipe d?ABACABA qui parie sur les r?gles implicites du live et le risque du d?veloppement d?artiste. Apr?s un premier tour de chant ? l?Espace Kiron en novembre 2004 qui s?achevait par une version endiabl?e du Bohemian Rhapsody de Queen, elle revient avec un spectacle ?toff? sur la sc?ne du Divan Du Monde du 31 janvier au 5 f?vrier 2005. S?y succ?dent alors les membres d?EUROPACORP, la soci?t? de production du cin?aste Luc Besson qui, imm?diatement conquis, font d?elle la toute premi?re signature ? chanson ? de leur label. Pour cette artiste de sc?ne atypique, ils d?cident de faire de cet album la combinaison originale d?une galette studio et d?un DVD. Juste le temps pour Zo? de s?imposer comme la r?v?lation incontest?e des Francofolies de La Rochelle en juillet dernier et le temps d?entrer en studio est venu.

    Zo? a r?v? son premier disque. Elle l?a d?abord esp?r? puis l?a craint. Comment traduire fid?lement et sans en d?naturer l?essence, des chansons qui ont d?j? exist? dans le simple apparat du piano/voix ? Pour r?soudre l?impossible ?quation de r?concilier ses multiples visages, elle a choisi le r?alisateur Vincent-Marie Bouvot, artisan des premiers succ?s de Zazie. Ces deux-l? avaient quelques disques de chevet en commun et l?envie de se lancer dans le projet. Ils ?taient faits pour se rencontrer tant ils ont aim? abolir ensemble les fronti?res et transgresser les ?tiquettes, m?langer leur m?me formation classique ? leurs envies plus rock?n?roll. Leur complicit? artistique a pris ainsi la forme d?une t?l?pathie surprenante et a donn? naissance ? des arrangements sur-mesure et un son r?solument moderne, servi par des musiciens talentueux, compagnons de fortune que la chanteuse n?a pas l?ch?s d?une semelle pendant deux mois de sessions nocturnes, enferm?s en studio.

    Dans cet antre d?alchimistes, se construit un album riche auquel ont particip? Nicolas Muller (Astonvilla?), souffleur de bonnes id?es guitaristiques, le batteur Matthieu Rabat? (Indochine, Rapha?l, Daho?), Christophe Deschamps (Dutronc, Bauer,?) et le percussionniste Mino Cinelu (Tori Amos, Tracy Chapman?). Chaque son y fait d?bat : pr?f?rer le cristal baschet aux ondes martenot de Thomas Bloch (Radiohead, John Cage, Arthur H?) ou choisir les s?quences d?accord?ons de Thierry Maillard parmi les vingtaines de variations. Les traits de cordes de Vic Emerson (Bashung, Manset?) viennent ajouter la po?sie quand la basse de Roberto Briot (Thi?faine, Christophe?) tourne id?alement sur la pop de Jalouse et s?apparente ? des battements de c?ur sur Dire du mal. Chaque crescendo du refrain de Tout va bien a son anecdote, chaque silence de J?ai mal ? la terre sa signification et chaque rythmique de bouche sur les contretemps de Dire du mal sont autant de d?tails d?une m?me mosa?que.

    Si Zo? sait ce qu?elle veut, c?est qu?elle veut tout. De r?miniscences Beatles en guitares sixties, de rythmique swing en trip hop ternaire, de boucles ?lectro en riffs jazzy, elle d?ploie ses atours sur des chansons d?licieusement indisciplin?es. On se d?lecte de ses acrobaties d?amoureuse sur le fil de la vie o? les histoires de couple se muent en r?glement de comptes (Amant Comptant) - accompagn?e de son compatriote Arno -, o? la jalousie devient un divin d?faut (Jalouse) et les baisers, un amusant exercice de style? gentiment bestial (Kiss) ! Dans Je veux tout, une de ses plus r?centes compositions, elle use sans abuser du name dropping. Il y a des filles qui veulent tout. Zo? est de celles-l? : de celles qui veulent tout voir, tout entendre, tout d?couvrir et de celles qui veulent ?tre toutes les femmes ? la fois. Selon l?humeur, elles seront vierges effarouch?es ou cr?atures fatales, vulgaires ou sublimes. Selon l?amour, elles seront meilleure ?pouse, meilleure m?re, meilleure amante et meilleure ma?tresse dans la peau d?une poup?e Barbie, fascinant et r?pulsif mod?le qu?elles ex?crent mais auquel elles ne peuvent s?emp?cher de vouloir ressembler. Auteur compositeur, Zo? a sign? la majeure partie des textes de son album mais ne s?est jamais refus?e de belles rencontres. Ainsi, Xavier Lacouture a su ?crire sur une ?motion enfouie (Maman) et m?ler ses mots ? ceux de la chanteuse pour l?ironique et incisif ? vendre o? elle se met dans la peau de son propre disque, usant de tous les charmes pour app?ter l?auditeur. Un titre coup de poing joyeusement d?actualit? qui a le m?rite de mettre les pieds dans le plat d?une industrie phonographique o? l?on ne parle plus que de morosit? et de piratage ? d?faut de cr?ation? la seule chose qui int?resse v?ritablement Zo? !

    Pourtant, ne voir en elle qu?une amuseuse de galerie serait se tromper de personnage. Le rire fait souvent place ? des drames bruts diss?qu?s au scalpel comme ce Je porte un toast o? elle signe une chanson sur l?alcoolisme avec le regard de ceux qui souffrent aupr?s de ceux qui vivent l?addiction sur une musique mim?tique o? les harmonies tombent comme l?on se noie dans l?alcool. Un tango argentin d?structur? (Tout va bien) dissimule le jeu des apparences et la tristesse d?une vie hypocrite de ? bourgeoisomane ?. Une ballade classique cache aussi une bouleversante apostrophe ? une m?re artiste, un instant entre ?treinte et non-dit o? les r?les s?inversent, qui laisse souvent couler quelques larmes en sc?ne. Quand la pudeur emp?che la confession, l?auteur se fait interpr?te. Zo? s?approprie alors les r?pertoires inexplor?s de Xavier Lacouture pour trouver un rem?de au mal ? la terre et ? la folie des hommes ou de G?rard Poli lorsqu?il s?agit de rire de nos propensions ? aimer dire du mal de nos semblables. Enfin, Zo? surprend avec son titre f?tiche Associations, un ?tonnant et minimal r?sum? de vie sign? Margarete Jennes. Cette version confond un enregistrement studio et une captation live, r?unissant sur un m?me morceau ses deux pianistes favoris, Manu Pithois?

    Et Jean-Luc Fafchamps? Car si ce premier album refl?te tant la personnalit? de Zo?, c?est aussi gr?ce ? ce pianiste belge, compositeur autodidacte et signataire de la majorit? des musiques. Zo? conna?t Jean-Luc depuis qu?elle a six ans. Histoire de fratrie? Pourtant, il aura fallu attendre quelques temps pour que l?adolescente apprenne ? voir en l?homme un artiste curieux aussi ? l?aise dans le rock, le jazz, l?improvisation ou la chanson. En effet, cet ancien ?l?ve de Mikha?l Faerman est un touche-?-tout. Tour ? tour compositeur pour le th??tre ou membre de collectifs d?interpr?tation, il cr?e (Melancholia Si, A Garden ou Neurosuite?) et ressuscite le r?pertoire contemporain (Morton Feldman, Giancinto Scelsi, Jonathan Harvey?). Zo? fait appel ? lui pour accompagner ses premi?res angoisses bruxelloises en solo et avec bonheur, tous les deux prennent de nouveau avec cet album les chemins de traverse. En somme, ceux qu?ils ont toujours suivis.

    C?est au bout de chemins de traverse toujours que s?est achev? l?album ? quelques heures de Paris, au c?ur des brumes normandes et hivernales dans les studios d?enregistrement d?EUROPACORP. Alors que le rire de Zo? retentissait dans ce petit palais technologique et bucolique, c?est Olivier Lude (-M-, Bumcello, Thomas Fersen, No One Is Innocent, Saez, Brigitte Fontaine...) qui rejoint l??quipe pour un mixage final ? la hauteur des r?f?rences de ce dipl?m? es subtilit?s sonores.

    Zo? n?aime pas les droits chemins, pr?f?re le charme ? la beaut? et les claques ? la b?atitude. Ce premier album est celui d?une fille puzzle dont les couleurs dessinent une fois r?unies les traits d?une artiste singuli?re qui a choisi de ne pas choisir entre le masculin et le f?minin, la douceur et la tyrannie.

    En quelques mois, Zo? a chang?. Elle s?est cherch?e, a gomm? tout superflu vocal et a trouv? un ?quilibre, son phras? et son style. Elle a enregistr? un premier album sans concessions. Ah, j?oubliais? elle est aussi devenue maman. Elle est toujours aussi ?picurienne et n?a toujours pas froid aux yeux. Mais en la regardant bien, autre chose a chang?. Dans son regard s?est install?e pour de bon l??tincelle d?une jeune fille devenue femme qui veut continuer ? croire en ses r?ves?

    Et cette ?tincelle-l? ne peut pas laisser bien longtemps indiff?rent?

    Pierre-Alexandre Bescos, janvier 2006.

     


    Contact - Qui sommes nous ? - Chroniques - News - Les liens - Plan